QUAND LE DESTIN S’EN MÊLE

Trou noir – trustmyscience

Alors que, consterné, je lançais vers le Ciel  

La tirade enragée ; la bruyante complainte 

Qui de l’âme jaillit lorsque le Sort l’éreinte

Avec ses coups sournois laissant un goût de fiel,

 

Je sentais comme un Spectre, un Gouffre immatériel

Dressé entre mes cris et la Demeure sainte

Qui, de fait, par ma voix ne pouvait être atteinte :

Cet Etre m’obstruait un rai providentiel !

 

Je pris donc le parti de crier davantage,

De convertir en bruit l’énergie de mon corps

En espérant Le voir céder sous mes efforts.  

 

Toujours resté d’airain malgré tout mon tapage,

Puis le Destin me ditcessant d’être muet – :

« Ô poète maudit, deviens ce que tu es… ! ».

 

 

                                                                                                                (Joachimson)  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.