« Cohciopost -4/ Côté Participation » : entre action collective et rapport personnalisé à la science sociale

Depositphotos

Avec une organisation structurée autour du couplage d’une « Agence de recherche participative pour la cohésion sociale » à une « Association loi 1901 », le projet COHCIOPOST entend bien développer une démarche collaborative. Une telle démarche  s’appuie elle-même sur une conviction forte : Il n’y a pas d’action collective sans différentes individualités et les individualités prises isolément n’aboutiraient à rien sans la spécificité de l’action collective !

Conçu comme une initiative de médiation scientifique en science sociale, le projet COHCIOPOST implique la participation du grand public aux processus de recherche qu’il met en œuvre, et c’est de cette dernière dont il est ici question sous les angles collectif puis individuel. Cette présentation de la participation citoyenne au projet restera, dans un premier temps, assez schématique avec pour objectif majeur d’en donner une vision d’ensemble, et ce n’est donc que prochainement, dans un deuxième temps, que l’occasion d’une spécification des modalités de cette participation se présentera à nous. 

1. La participation collective : la cohésion sociale au service de la qualité de vie

L’idée de cohésion sociale située au cœur du projet COHCIOPOST suppose l’articulation de ces deux caractéristiques : l’existence d’une diversité (de parcours, de catégories sociales, de lieux de vie… car il serait fallacieux de prétendre faire cohésion avec du même) et l’inscription dans une perspective de convergence (en vue d’une action à accomplir ensemble, de consolider des valeurs partagées, d’une expérience à vivre en commun…).

Dans le cadre du projet, cette cohésion sociale n’est recherchée que pour être mise au service d’une cause transversale à l’ensemble des recherches-action conduites en son sein : l’amélioration de la qualité de vie, du bien-être commun, à travers des sujets de recherche reflétant un « intérêt collectif ».

Guidée par ces deux principes, la participation collective au projet COHCIOPOST peut être déclinée sous différents aspects :

  • Un public intergénérationnel : Dans son aspiration à la médiation scientifique comme dans la réalisation de sa mission portant sur l’amélioration de la qualité de vie dans la cité, COHCIOPOST fait explicitement le choix de la diversité des âges de la vie en visant une participation citoyenne intergénérationnelle. En effet, on considère ici que si l’on veut collectivement contribuer à l’amélioration de la vie sociale, il faut commencer par reconnaître que l’expérience qu’on en fait n’est pas la même lorsqu’on est adolescent, trentenaire ou septuagénaire. Il apparaît donc indispensable que des générations multiples puissent naturellement trouver leur place dans l’organisation et l’animation du projet. 
  • Une Association inclusive : Si le projet s’adresse effectivement à l’ensemble de la société en œuvrant à l’accueil de différents âges de la vie, l’organisation de son Association doit pouvoir rendre manifeste cette orientation intergénérationnelle à laquelle la parité homme/femme peut s’allier. De façon plus générale, la structuration de l’Association, de l’Assemblée générale au bureau, est pensée pour tenir compte de cet équilibre dont le seul but est de favoriser l’expression de la diversité des expériences de la vie sociale dans la mesure où cette variété peut présenter un intérêt scientifique dans la mise en œuvre du projet.
  • Une coordination interorganisationnelle : Structure à part entière, l’Association participe, dans le cadre du couplage, à la réalisation du projet en collaboration étroite avec l’Agence. Cette configuration d’interdépendance entre ces deux organisations conduit à des échanges de services, de moyens, de compétences, d’idées, de propositions, etc., qui se trouvent ainsi mis en commun au bénéfice de la mission poursuivie ; l’amélioration de la vie sociale en usant du savoir et des outils de la science sociale. Le projet COHCIOPOST est donc doté, au-delà des échanges réguliers entre les deux structures, d’une instance de coordination des activités de réalisation de la mission.

2. La participation individuelle : questionner son rapport personnel à la science sociale

Réaliser la mission de COHCIOPOST crée, de fait, les conditions d’une action collective dont on vient de souligner quelques dimensions, et cette seule idée d’un projet collaboratif interroge sur ce que chacun des participants peut espérer en retirer et y apporter. C’est pourquoi il n’est pas vain d’indiquer des aspects importants de la participation citoyenne individuelle au projet :

  • L’appropriation de la science sociale : Comme support à la médiation scientifique, le projet COHCIOPOST veut permettre à chaque participant de saisir dans quelle mesure le savoir et les outils de la science sociale sont susceptibles d’éclairer l’expérience qu’il peut faire de la vie sociale. Il s’agit, au-delà du savoir général sur la société, d’éprouver individuellement la pertinence des concepts, des analyses et des théories de la science sociale sur sa propre vie au sein du monde social dans lequel nous évoluons.
  • La contribution à l’animation de la plateforme numérique : Le projet dispose d’une plateforme numérique collaborative qui donne la possibilité à chaque participant d’apporter son concours à la vie de la communauté. Par exemple, l’on pourrait intervenir sur des sujets se rapportant à la vie de l’Association, faire des propositions de recherches-action et participer à leur sélection collective, répondre favorablement à la recherche d’un « profil sociologique » correspondant à son parcours de vie dans le cadre d’une étude, etc.
  • La participation à des recherches sur le terrain : L’investissement personnel dans la réalisation de la mission que COHCIOPOST s’assigne peut conduire tout participant qui le souhaite à prendre part, sous la direction de personnes ayant les compétences académiques requises, aux opérations de recherche s’effectuant au sein du cadre de vie sur lequel porte l’étude. L’enjeu consiste à mettre en évidence, toujours sous l’angle de la cohésion sociale, la nécessité de faire converger des savoirs et savoir-faire variés dans la perspective d’une recherche-action participative viable.

Sur un plan personnel, chaque participant au projet peut ainsi librement décider de son niveau et de sa forme d’investissement dans la réalisation de la mission commune en fonction de ses centres d’intérêt, de ses aptitudes et de ses disponibilités.      


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.