« Cohciopost -3/ Côté Gouvernance » : Le couplage Association/Entreprise

“Pour un projet, deux structures interdépendantes.”

            « On entre rarement en sociologie avec des idées claires sur le type de sociologie que l’on veut pratiquer et l’on n’apprend que très progressivement, au fur et à mesure de l’accumulation des travaux de recherche, à caractériser le style que l’on pratique en le distinguant – et en luttant parfois contre – d’autres styles. » Après avoir moi-même relaté dans un précédent billet les considérations m’ayant conduit à envisager autrement ma pratique de la sociologie initialement orientée vers le projet professionnel d’un ancrage académique classique dans un organisme de recherche, je n’ai donc aucun mal à partager ce propos que soutenait Bernard Lahire dans sa contribution (« Utilité : entre sociologie expérimentale et sociologie sociale ») à l’œuvre A quoi sert la sociologie ? (2002) dont il avait, par ailleurs, assuré la direction.

                 Les aspirations qu’avait fait naître mon parcours de formation en science sociale ont fini par se cristalliser dans ces trois syllabes formant le nom  COHCIOPOST  pour caractériser le style de sociologie que j’entends effectivement pratiquer :

  • « COH » : des sujets de recherche d’intérêt collectif gravitant tous autour de la thématique de la cohésion sociale ;
  • « CIO » : une socioanthropologie, soucieuse de rigueur et d’inventivité scientifiques, embrassant simultanément, sans cependant jamais les confondre, les perspectives fondamentale et appliquée de la recherche ;
  • « POST » : une approche participative tournée vers le grand public et sous-tendant une démarche de médiation scientifique.

            Le style sociologique qui se dessine derrière de telles aspirations mérite assurément d’être plus amplement explicité, et cela fera en effet l’objet d’un billet ultérieur, mais pour l’heure, c’est une question connexe que j’aimerais plutôt soulever.

            Dans quelle mesure (jusqu’à quel point) un style sociologique est-il tributaire du cadre (statutaire, spatial, juridique, économique…) dans lequel il se pratique ou est susceptible d’être pratiqué ? La manière dont la question est ici formulée suggère significativement, me semble-t-il, qu’on ne peut s’attendre à une réponse en « tout ou rien »  mais que, au contraire, une réflexion plus fine s’impose. Ce simple truisme rappelant que tous les sociologues exerçant dans la sphère publique (universités et organismes de recherche) n’adoptent manifestement pas le même style sociologique est largement suffisant pour s’en convaincre. Mais dès lors que l’on aborde cette sempiternelle question de l’utilité sociale de la sociologie, il m’apparaît qu’on ne peut passer sous silence l’interrogation portant sur l’adéquation entre un style sociologique et le milieu dans lequel il s’exprime.

             Un exemple : considérons les « styles sociologiques » que l’on peut rencontrer au sein du « courant postmoderne » ou, comme on dit en anthropologie, du « tournant interprétatif » et leur propension à « l’hyper-relativisme » frisant le « nihilisme scientifique ». Quel est donc l’organisme public ou quelle est l’entreprise privée qui, confrontés à des problèmes et objectifs concrets pour lesquels les connaissances et compétences sociologiques ont pu sembler utiles, accepteraient de rémunérer des tenants de tels « styles sociologiques » ? En revanche, le cadre spécifique du monde universitaire avec le statut de fonctionnaire, la garantie de l’emploi ou la non “obligation de moyens” (au sens d’obligation de déployer des efforts scientifiquement élaborés d’après le processus méthodologique classique – ce précisément à quoi ils tournent le dos) peut plus aisément laisser prospérer ce genre de styles.

             Mais, rapportée au débat sur l’utilité de la discipline, la même question de la compatibilité entre le « style sociologique » et le « cadre » de son exercice se pose aussi pour les styles autrement plus probants. Pourtant l’on notera que, qu’il s’agisse du livre dirigé par Bernard Lahire en 2002 ou des contributions au débat initié par la revue SociologieS près d’une décennie plus tard et toujours en cours sur « la situation actuelle de la sociologie » (cf. https://journals.openedition.org/sociologies/3547), la discussion est très largement préemptée par des auteurs et, par voie de conséquence, des « styles sociologiques » rattachés au cadre universitaire. Bien sûr, on y trouve diverses formulations de “l’utilité sociale de la sociologie” ou de sa “vocation sociale” selon les expressions des uns et des autres, mais dans son fonctionnement même, le cadre académique est-il susceptible d’accueillir toutes les formes d’utilité sociologique indépendamment du style sociologique qu’un chercheur s’est défini ? 

  1. – Cohciopost et le cadre universitaire : la question de la compatibilité

               En l’occurrence, l’Université pourrait-elle servir de cadre à la pratique du « style sociologique » qu’incarne le projet COHCIOPOST ? C’est ce que l’on peut globalement s’efforcer d’examiner sans donc, à l’occasion de ce billet, s’y appesantir dans le menu détail.   

  • a) « COH » :

Sans surprise, le traitement de la thématique de la cohésion sociale ne saurait poser le moindre problème au sein de la sphère académique, et c’est bien, au demeurant, dans ce même milieu que je m’y suis intéressé en me confrontant au sujet, plus large, de l’exclusion/inclusion sociale. Le seul écueil que l’on pourrait rencontrer viendrait peut-être de la faible légitimité académique dont jouit ce dernier thème auquel certains reprochent, a priori, d’être trop populaire auprès de milieux extrascientifiques (politique et société civile) au lieu de s’en tenir à la différenciation qui peut se faire, a posteriori, dans la manière d’aborder et d’analyser ledit sujet en sociologie par rapport à la façon dont on s’en empare à l’extérieur. Ainsi, l’approche du couple exclusion/inclusion développée par Serge Paugam notamment m’est apparue de ce point de vue fort remarquable et, de façon plus générale, on se bornera à signaler que, de fait, il existe bel et bien en science sociale tout un « champ de recherches » qui s’est constitué sur ce thème, comme l’illustre l’organisation en février 2020 du 6e colloque international du REIACTIS (Réseau d’Etudes International sur l’Age, la CitoyenneTé et l’Intégration Socio-économique) sous l’angle « société inclusive et avancée en âge » (cf. « Société inclusive et avancée en âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 07 mai 2019, https://calenda.org/611330).

  • b) « CIO » :

C’est, en revanche, pour la pratique d’une socioanthropologie s’orientant à la fois dans des finalités fondamentale et appliquée que les difficultés peuvent réellement commencer à se poser, l’organisation de l’Université incitant plutôt à opérer un choix entre ces deux orientations en Master notamment. A ce stade de la formation en sociologie, Odile Piriou a mis en évidence ce qu’elle a qualifié de « tournant praticien » en sociologie se traduisant, entre autres, par le fait qu’en 2006 par exemple, les Masters professionnels représentaient 70 % de l’ensemble des offres de formation de la discipline (https://journals.openedition.org/socio-logos/1622). A l’inverse, excepté le format d’une thèse CIFRE, la formation en recherche doctorale conduit très largement à envisager, comme ce fut mon cas, une insertion au sein du secteur académique pour y pratique une sociologie à finalité fondamentale. En outre, les conditions d’insertion (elle-même numériquement faible) dans ce milieu sont tellement marquées par des années de précarité pour les « jeunes chercheurs » (cf. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid116290/les-debuts-de-carriere-des-docteurs-une-forte-differenciation-des-trajectoires-professionnelles.html), qu’on voit mal comment, avec un tel statut, l’on pourrait bénéficier des moyens nécessaires à la mise en œuvre d’un projet aussi ambitieux qu’atypique, il faut bien l’admettre, dans un univers qui – on le sait au moins depuis Homo academicus (1984) de Pierre Bourdieu – est un « champ » à part entière avec ses luttes symboliques et économiques.  

  • c) « POST » :

Enfin, la vocation « intrinsèquement et exclusivement » participative du projet ne plaide pas non plus pour son implantation dans le secteur académique où les chercheurs ont plutôt pour habitude de choisir leurs sujets de recherche, de les construire en objets scientifiques, d’en analyser les données et d’en interpréter eux-mêmes les résultats en laboratoire, seule la phase de « recueil des données » les conduit à en sortir pour aller à la rencontre des « enquêté(e)s ». Quant à elle, et en dépit de modalités variables dans le niveau d’implication des non scientifiques selon la nature des dispositifs spécifiques, la recherche participative implique nécessairement qu’une plus grande place soit accordée à des personnes intéressées par l’enquête dans l’ensemble du processus dont l’encadrement et la conduite demeurent toutefois assurés par des chercheurs professionnels. S’il est donc vrai que des dispositifs participatifs de recherche peuvent mettre en collaboration des laboratoires publics et des personnalités morales comme des associations (cf. le rapport de Sciences Citoyennes, https://sciencescitoyennes.org/wp-content/uploads/2014/10/Synth%C3%A8se_Rapport_FdF_FSC.pdf), de tels échanges ne se font que sur la base de projets singuliers et occasionnels. Dans ces conditions enfin, il ne manquerait pas de se poser la question « éthique et pratique » de l’appropriation intellectuelle et professionnelle des travaux ainsi réalisés, quand on sait à quel point le système (pourtant décrié) d’évolution des carrières en vigueur dans le secteur académique (« publish or perish ») repose sur la multiplication de travaux individuels (et singulièrement d’articles de revue).

                Pour toutes ces considérations, le style sociologique sous-jacent au projet COHCIOPOST serait donc peu viable au sein du monde académique et, si l’on se réfère à la cartographie dessinée par Michael Burawoy dans sa « division du travail sociologique » (cf. https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2009-1-page-121.htm), ledit projet trouve davantage sa place dans ce que l’auteur désigne comme relevant de la « sociologie publique organique ». De fait, un tel style sociologique a en effet beaucoup plus de chances de se pratiquer en dehors du secteur académique et au contact direct de la société civile auprès de laquelle il peut exercer une fonction de médiation scientifique, ce qui, pour autant, n’indique encore en rien le cadre organisationnel le plus approprié pour ce faire.   

       2. – Entre aspirations et contraintes : la solution du couplage Association/Entreprise

             Atypique et ambitieux, le projet Cohciopost a tout d’un pari, et il semble difficile de lui trouver un cadre structurel préexistant qui lui convienne vraiment. Certains de ses éléments constitutifs seraient solubles dans la forme organisationnelle de l’association loi 1901 quand d’autres inclinent plutôt à privilégier la forme d’une entité commerciale.

  • a) L’association :

De prime abord, le cadre organisationnel de l’association semble, sur bien des aspects, être à même d’abriter les activités relatives au projet Cohciopost. Ainsi s’accorde t-il bien, lui qui est conçu pour porter des initiatives d’intérêt général, avec la thématique de la cohésion sociale regroupant les sujets d’intérêt collectif sur lesquels doit porter la recherche. En outre, la gouvernance simplifiée d’une telle structure peut tout à fait convenir à la mise en œuvre de la contribution bénévole du grand public à des recherches participatives axées sur la médiation scientifique en sociologie et en science sociale. Mais le cadre associatif présente néanmoins des inconvénients ou des risques qui me paraissent devoir ne pas être minorés comme, notamment, sa grande dépendance à la fois directe et indirecte à l’égard du politique. Ma recherche doctorale m’ayant conduit à fréquenter bon nombre d’associations, j’y ai mesuré leur grande fragilité économique en raison de la course effrénée, et si aléatoire, aux subventions publiques sans aucune visibilité sur la pérennité même des structures. Une dépendance  économique qui est aussi indirecte en ce sens que la contribution financière d’entités privées comme les entreprises ou les foyers fluctue grandement en fonction de décisions politiques comme on a pu s’en rendre compte avec la réforme de l’ISF qui s’est automatiquement traduite par un effondrement des dons aux associations de l’ordre de 50 % en 2018 (cf. https://www.marianne.net/societe/avec-la-fin-de-l-isf-les-dons-aux-associations-en-chute-libre-de-50-sur-une-annee). Mais la dépendance peut ne pas être qu’économique et s’insinuer au cœur même de la construction scientifique de la recherche qui pourrait conduire à s’interdire l’investigation de certains sujets ou angles de sujets susceptibles de ne pas présenter l’action de vos soutiens publics sous un jour favorable, ce qui, du reste, est déjà l’un des principaux risques que doit affronter « la sociologie d’expertise » vers laquelle le projet Cohciopost ne souhaite pas s’orienter.

  • b) L’entreprise :

L’atout majeur de la forme entrepreneuriale, mais qui d’un autre point de vue peut aussi être un risque, réside dans la possibilité de se construire son indépendance économique afin d’assurer ainsi en toute autonomie le maintien du projet dans la durée, et beaucoup de sociologues semblent faire ce choix aujourd’hui si l’on prend pour indice le nombre de références que génère un moteur de recherche sur Internet avec les mots clés de « cabinet » ou « bureau d’études sociologiques ». En revanche, ces structures commerciales ont un fonctionnement et un modèle économique qui se calquent sur ceux des « cabinets de conseil » et s’adressent donc à des organisations publiques et/ou privées qui, en tant que commanditaires, demeurent souvent propriétaires des travaux produits dont la valorisation comme sources de connaissance scientifique reste difficile dans le monde académique. Avec une pareille organisation, autant dire que les aspirations premières de Cohciopost, en termes de « sociologie publique », de médiation scientifique à partir d’un dispositif participatif, ou d’égale attention aux perspectives fondamentale et appliquée de la recherche, devraient être abandonnées.

  • c) Le couplage :

Seul un cadre organisationnel hybride me semble réellement pouvoir tenir compte, à l’heure actuelle, des contraintes et des aspirations, et ce dernier conduit à opérer le couplage d’une association loi 1901 à une entreprise : pour un projet, deux structures interdépendantes bien que juridiquement autonomes  (cf. https://www.assistant-juridique.fr/coupler_entreprise.jsp). Avec le couplage comme solution, l’entreprise se voit confier l’activité de services relevant de l’élaboration et de l’encadrement scientifiques du projet, l’association assurant la coordination de la participation du grand public au dispositif de recherche. Les conditions de réalisation du couplage paraissent en effet réunies : la dimension d’ « intérêt général » du projet d’entreprise est contenue dans son objet même consistant à mettre en œuvre un dispositif de recherche-action participative sur des sujets porteurs de cohésion sociale, le couplage de l’association à l’entreprise permet de garantir la « propriété collective » des résultats issus du dispositif, et les « valeurs sociales » de l’entreprise sont au cœur de son intervention en faveur de l’amélioration de la qualité de vie par la recherche-action.

              Dans l’absolu, il faut toutefois signaler qu’un cadre organisationnel unique aurait éventuellement pu accueillir le projet Cohciopost dans la mesure où on peut y trouver des avantages et propriétés cumulés de l’association et de l’entreprise, il s’agit de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC). Mais, comme ne manque pas de le souligner la fiche de présentation que lui consacre la BPI, l’une des difficultés significatives que pose la SCIC tient à son mode de structuration : « Ingénierie et délais de constitution (catégories d’associés à réunir, projet à définir collectivement, statuts) » (cf. https://bpifrance-creation.fr/encyclopedie/structures-juridiques/entreprendre-less/scic-societe-cooperative-dinteret-collectif). La SCIC n’est sans doute pas indiquée pour un projet qui démarre mais pourrait peut-être convenir à un changement d’échelle, en outre, pour une activité spécifique de recherche, son adoption serait précipitée sans l’assurance que tous les participants au dispositif connaissent et partagent bien la même « ligne scientifique » ; élément essentiel du « style sociologique ». Or, pour l’instant, COHCIOPOST n’en est qu’au stade du pari… !     


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.