“COHCIOPOST -2/ Côté Thématique” : La Cohésion Sociale, Notion ou/et Concept ?

L’expression « cohésion sociale » tient une place centrale dans le projet Cohciopost ; en effet, elle  constitue la thématique englobant l’ensemble de l’activité de recherche-action à conduire tout au long de la vie de la structure. Pourtant, le sens exact qu’il faudrait lui donner semble louvoyer au gré des définitions qu’en donnent les sociologues qui, d’ailleurs, ne sont pas les seuls à tenter de lui trouver une signification satisfaisante.

Il est vrai que “la cohésion sociale” a le vent en poupe, invoquée à la fois par les chercheurs en sciences sociales, les médias, le personnel politique, ou encore les organisations de la société civile, pour débattre de ce qu’il est convenu d’appeler, plus prosaïquement, “le vivre-ensemble”. Dans le cadre de ce billet, il ne sera tout simplement pas question de discuter de toutes ces diverses interprétations de la  “cohésion sociale” mais, bien plus modestement, il s’agira de se demander s’il vaut mieux considérer cette expression comme une “notion” ou/et un “concept”.      

1. La notion ; un canevas d’orientation des politiques sociales des démocraties modernes

Dans cette tentative d’élucidation de la nature de la cohésion sociale, l’on peut compter sur un premier éclairage édifiant que nous livre Alain Vulbeau, chercheur en sciences de l’éducation :

« Le terme de « cohésion sociale » est à la fois une notion et un concept. Dans le premier cas, il s’agit d’un mot d’ordre des politiques sociales pour désigner une solidarité actualisée ; dans le second, le vocable fait référence à un concept sociologique employé dans le premier tiers du XXe siècle par l’école durkheimienne, notamment par Marcel Mauss et Paul Huvelin. » (https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-1-page-17.htm).

Différents auteurs soulignent le fait que la « cohésion sociale » devient, à partir des années 1980, l’expression sous laquelle on regroupe les politiques sociales que l’on met alors en place en Occident en vue de juguler les conséquences fâcheuses de la mondialisation (montée du chômage, crise de l’Etat-providence, détérioration de la confiance envers les institutions…). Dans cette acception, la « cohésion sociale » prend une connotation très politique puisqu’elle est portée, au sein de « la nouvelle gauche », par ceux qui entendent créer une ligne politique nouvelle entre l’individualisme et le socialisme au point de charger la notion de toutes leurs aspirations à des politiques de solidarité, comme n’a pas manqué de le relever le politologue Denis Saint-Martin :

« Ainsi en est-il de la cohésion sociale, une idée « fourre-tout », un concept « valise » étroitement relié au projet de redéfinition de la social-democratie et de construction d’une nouvelle « troisième voie » en Europe et en Amérique du Nord » (dans “Variations sur le thème de la cohésion sociale”, Lien social et Politiques, N° 41, 1999).

Il se trouve qu’en dépit des réserves suscitées par l’usage politique de cette expression, la cohésion sociale sert encore aujourd’hui à subsumer les politiques de solidarité vis-à-vis de différents publics pour des organismes et institutions à l’échelle internationale, nationale ou inférieure. Aussi, entre 2007 et 2014 en France, le Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) a été le fer de lance de la politique de la ville en faveur des quartiers dits prioritaires, et depuis octobre 2018, le portefeuille ministériel relatif à la politique de la ville est inséré dans un grand ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Usant du même terme dans une perspective également politique, la région belge de la Wallonie propose une définition de la cohésion sociale reposant sur la garantie d’un ensemble de droits civiques et socio-économiques :

« La cohésion sociale est définie comme l’ensemble des processus qui contribuent à assurer à tous les individus ou groupes d’individus l’égalité des chances et des conditions, l’accès effectif aux droits fondamentaux et au bien-être économique, social et culturel, afin de permettre à chacun de participer activement à la société et d’y être reconnu, et ce quels que soient son origine nationale ou ethnique, son appartenance culturelle, religieuse ou philosophique, son statut social, son niveau socio-économique, son âge, son orientation sexuelle, sa santé ou son handicap. » (http://cohesionsociale.wallonie.be/content/d%C3%A9finition-de-la-coh%C3%A9sion-sociale). 

Comme notion politique, la « cohésion sociale » tend alors à se chevaucher, voire à se confondre, avec d’autres vocables de son champ sémantique tels que l’ « insertion sociale », l’ « inclusion sociale », la « lutte contre les inégalités sociales et les discriminations », ou encore la « justice sociale »…  

2. Le concept ; un sens minimal partagé à défaut d’une définition de référence

Mais au-delà de la démarcation « notion »/« concept », il faut reconnaître d’emblée que les usages sociologiques de la cohésion sociale n’offrent pas non plus l’assurance d’une définition stabilisée de cette expression. Si l’on y trouve des points de convergence quant au sens qu’il faut lui donner, le sociologue Bertrand Roehner, par exemple, atteste néanmoins que « La cohésion est une notion vaste et floue. Tenter de la définir a priori serait une gageure » (dans Cohésion sociale. Une approche observationnelle, 2004).

De fait, il existe différents « modèles » de la cohésion sociale proposés au sein de la recherche en science sociale, comme l’a notamment exposé Caroline Guibet Lafaye dans le cadre de sa participation en 2010 à un séminaire consacré à cette expression (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00570010/document).

La “cohésion sociale” fait ainsi référence à différents éléments censés « souder la société », représenter un « ciment social », favoriser le « sentiment d’appartenance » ou encore constituer des « valeurs communes » et pousser à la « participation de chacun à la réalisation de buts partagés » ; en somme, tout ce qui permet aux différentes composantes de la société de “tenir ensemble” ou de “faire bloc”.  

Cependant, dans l’élaboration de ces multiples « modèles » de la cohésion sociale, les éléments mis en avant par les différents auteurs ne sont pas nécessairement les mêmes ; s’agissant des valeurs, par exemple, certains insisteront sur l’égalité quand d’autres mettront plutôt l’accent sur la tolérance : c’est dire que beaucoup de ces modèles se révèlent, en réalité, très normatifs. De même, du point de vue analytique, les auteurs peuvent prendre pour base de construction du modèle les individus, les groupes ou la société elle-même.

A l’origine pourtant, comme l’a mentionné Alain Vulbeau, le “concept” de cohésion sociale a été forgé au sien de l’école durkheimienne, soit bien avant la multiplication des modèles contemporains. Emile Durkheim est, en effet, le premier à « évoquer » cette expression dans son ouvrage portant sur l’importance de la coopération des différentes branches professionnelles en vue du bon fonctionnement de la société perçue comme un organisme vivant :

« Nous sommes ainsi conduits à reconnaître une nouvelle raison qui fait de la division du travail une source de cohésion sociale. Elle ne rend pas seulement les individus solidaires, comme nous l’avons dit jusqu’ici, parce qu’elle limite l’activité de chacun, mais encore parce qu’elle l’augmente. Elle accroît l’unité de l’organisme, par cela seul qu’elle en accroît la vie; du moins, à l’état normal, elle ne produit pas un de ces effets sans l’autre. » (dans De la division du travail social, 1893). 

Il est bien question ici d’une évocation ! Le sujet central demeure la “division du travail” qui se trouve considérée comme « source de cohésion sociale », cette dernière ne faisant nullement l’objet d’une définition. Se penchant sur ce concept, Marcel Mauss, lui non plus, n’en proposera pas une définition même si des éléments essentiels émergent de l’article qu’il a produit en 1931 sur le phénomène d’après sa manifestation au sein des sociétés dites polysegmentaires (http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/essais_de_socio/T5_cohesion_sociale/cohesion_sociale.html).

 Au bout de son analyse, et déplorant que le sujet ne soit plus traité par la sociologie de son temps, Marcel Mauss présente la cohésion sociale comme la question de l’harmonie entre la société vue comme un tout et les multiples classifications et groupes sociaux dont elle est constituée :

« Cette question de l’harmonie normale des sexes, des âges et des générations, et des divers sous-groupes (clans, castes, classes confréries, etc.), les uns par rapport aux autres, cette question de l’harmonie intérieure à chacun d’eux et du rapport de ces harmonies diverses à l’harmonie générale et à la morale normale de la société (…) »

Inscrivant naturellement son analyse, au terme de son article, dans une filiation durkheimienne, Mauss indique alors que son interprétation vaut aussi pour les sociétés occidentales au sein desquelles le choix d’y étudier la cohésion sociale à partir des groupements professionnels – comme l’a effectivement fait Durkheim dans De la division du travail social – n’est lié qu’à la place centrale que ces derniers y occupent. Cette approche fait de la cohésion sociale la question de la structuration des composantes collectives d’une société pour former, d’un point de vue politique, un tout cohérent d’après la vision de la normalité que ladite société a d’elle-même.   

3. Alors, la cohésion sociale au final, notion ou/et concept ?

La chose n’est pas si simple ! L’on vient de voir qu’à l’exemple de Bertrand Roehner, certains chercheurs en science sociale utilisent, eux aussi, le terme de « notion » plutôt que celui de « concept » pour parler de la « cohésion sociale ». L’on ne sera pas plus avancé après un coup d’œil du côté d’un dictionnaire de renom comme l’est Larousse en y constatant que la définition du terme « notion » en fait aussi un « concept » :

« Idée de quelque chose ; concept, abstraction : La notion de liberté. » (https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/notion/55061). 

Par quelle voie sortirions-nous donc de l’indécision ? Je préconiserais, pour ma part, que l’on s’en remette, en pareille situation, à l’usage, l’habitude, la coutume…, d’après l’expérience que l’on a des pratiques en sciences sociales. Dans cette perspective, il m’apparaît que les “concepts” ont dans nos disciplines une “identification” plus forte que les “notions”. Cela signifie qu’un « concept » en science sociale s’identifie en principe à certaines caractéristiques telles que : 

a) correspondre à une définition explicite d’un phénomène donné ;

b) – s’inscrivant elle-même dans un paradigme – au sens d’un groupe de concepts articulés formant une grille d’analyse et d’interprétation d’un domaine spécifique ou de la totalité du monde social – ;

c) – permettant son rattachement préférentiel à un ou à des auteurs bien identifiés – auquel cas, constituant alors un courant ou une école – ;

d) – et être susceptible de servir de définition de référence pour la discussion du fait social considéré.

Bien évidemment, ces caractéristiques s’associent et s’accentuent différemment selon les cas, mais l’« habitus », par exemple, semble fournir un cas d’école : il exprime l’idée d’un système de dispositions (habitudes socialement incorporées), s’inscrit dans le structuralisme génétique de Pierre Bourdieu et ses émules, enfin, qu’on y adhère ou qu’on le pourfende, fait régulièrement débat au sujet de l’analyse du comportement des êtres sociaux. 

L’on ne saurait en dire autant de la « cohésion sociale » : issue de l’école durkheimienne, on n’y trouve pourtant pas de véritable définition, elle sonne plutôt de nos jours comme une redondance d’autres termes évocateurs des politiques de solidarité, différents auteurs en proposent des définitions pouvant significativement varier (entre, par exemple, ceux qui y voient un « état » par rapport à ceux pour qui elle est un « processus »), ce qui, de fait, empêche d’identifier une définition de référence pouvant servir de base à la discussion scientifique.

Le sort de la « cohésion sociale » s’apparente ainsi à celui de la « culture » dont Denys Cuche a montré que le sens pouvait sensiblement différer d’une discipline à une autre au sein des sciences sociales, quand ce n’est pas déjà le cas dans la même discipline, légitimant qu’elle soit davantage considérée comme une « notion » (dans La notion de culture dans les sciences sociales, 2010) ; nous y voilà !

Compte tenu de tout ce qui précède, je suis enclin à suggérer la distinction mnémotechnique qui suit :

– alors qu’un concept est une notion précise ;

– une notion est plutôt un concept vague.   

 

Oui, mais je n’oublierai cependant pas, pour finir, les enseignements de mon professeur d’anthropologie linguistique, Jean-Baptiste Martin, selon lesquels les mots sont incroyablement vivants : ils naissent, se développent, vieillissent, meurent ; mais peuvent aussi renaître, rajeunir, disparaître ou réapparaître. Tout ceci pour signifier que dans le cours de l’histoire, et en l’occurrence de l’histoire scientifique, une « notion » pouvant tout à fait devenir un « concept » et vice versa, il se peut donc que, consolidée au cours de travaux futurs dans nos disciplines, la « cohésion sociale » puisse légitimement prétendre au rang de « concept ». D’ailleurs, avant d’en faire le concept auquel on associe volontiers sa pensée aujourd’hui, Pierre Bourdieu a bien fait émerger l’« habitus » d’une longue histoire philosophique pour lui donner le contenu et la contemporanéité sociologiques que nous lui connaissons. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.