« Cohciopost -5/ Côté Ethique » : L’insertion dans l’Economie Sociale et Solidaire (ESS)

Défis ESS – bretagne.bzh

            Le cinquième et ultime pilier du projet, à savoir son inscription parmi les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), est le sujet qu’aborde le présent billet qui nous donnera ainsi l’occasion d’en présenter, en trois points essentiels introduits par chacune des lettres de son sigle, les principes fondamentaux. Suivant cette perspective, l’on évoquera tour à tour l’ESS comme secteur économique particulier, puis dans son ancrage historique et axiologique, et enfin d’après les modalités de mise en œuvre pratique des projets qui s’en réclament.  

            Au terme de cette présentation, la lectrice/le lecteur devrait pouvoir facilement identifier les « neuf (9) défis » que le projet Cohciopost veut s’efforcer de relever en prenant place parmi la diversité des structures que compte l’Economie Sociale et Solidaire

  1. « E » comme… « Economie dont les bénéfices vont d’abord au développement des projets »

            Il est bon que l’on rappelle, à l’entame de cette présentation, que l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) est, comme son nom l’indique, bel et bien aujourd’hui un secteur économique à part entière en France et que, en tant que tel, ce dernier fait l’objet d’une législation spécifique, comme en fait mention le portail du ministère de l’Economie (https://www.economie.gouv.fr/cedef/economie-sociale-et-solidaire).                     

          De ce point de vue, il est donc foncièrement injuste, voire méprisant, d’être tenté d’y voir un regroupement d’activités non ou peu « productives » en termes de flux financiers ou de penser qu’on s’y « réfugie » lorsqu’on n’a pas pu s’insérer dans la fonction publique ou au sein du secteur privé classique.

             Loin de telles considérations, plutôt désobligeantes au demeurant, l’Economie Sociale et Solidaire est en réalité un secteur économique fort dynamique, continuellement en extension, et dont l’une des caractéristiques saillantes est de regrouper des structures aux statuts juridiques très variés. On y dénombre en effet les associations, les mutuelles, les fondations, les coopératives, mais aussi et plus récemment, les sociétés commerciales de formes classiques ayant adopté dans leurs statuts les valeurs et principes de fonctionnement propres à ce secteur économique tels qu’ils ont été spécifiés dans la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 (aussi appelée « loi relative à l’Economie Sociale et Solidaire »).  

            A cette pluralité de statuts correspond une large gamme de domaines d’activité, ainsi que l’a établi le Conseil National des Chambres Régionales de l’Economie Sociale (CNCRES) dans son Panorama de l’économie sociale et solidaire en France datant de 2015. En effet, si l’on observe une présence massive des associations dans les effectifs de l’ESS, les domaines d’activité sont, pour leur part, très éclectiques puisque les acteurs de ce milieu évoluent dans l’action sociale, l’assurance et la finance solidaires, l’agroalimentaire avec le développement des circuits courts, le sport et les loisirs, le monde du spectacle, le logement, etc. Rien d’étonnant à cela si l’on considère que la loi de 2014 ne ferme a priori la porte de l’ESS à aucun domaine d’activité dès lors qu’un acteur économique quelconque s’en approprie les valeurs et les principes. 

            Ce panorama a véhiculé des chiffres abondamment repris sur le poids économique de l’ESS en France :

10,5 % de l’emploi français,

13,9 % de l’emploi privé,

2,37 millions de salarié(e)s (dont 68 % de femmes mais seulement 13 % des cadres),

221 325 établissements,

Plus de 61 milliards d’euros de masse salariale.

            L’ESS regroupant aussi bien des associations que des entreprises, certains acteurs de ce secteur économique s’appuient pour leur solvabilité davantage sur les subventions publiques quand d’autres dépendent a contrario des conjonctures du marché. Pour ces derniers, les « entrepreneurs sociaux », l’insertion dans l’ESS implique, conformément à la loi relative à ce secteur économique, que les bénéfices réalisés soient majoritairement réinjectés dans le développement du projet social ayant justifié l’adhésion aux principes de fonctionnement des structures relevant de l’Economie Sociale et Solidaire.

            Mais il nous faut ici éviter de donner une image (démesurément) angélique de l’ESS, car elle porte aussi en elle ses propres préoccupations et fragilités. Ainsi, même si une majorité de ses travailleuses et travailleurs se dit satisfaite de la qualité de vie qui y règne et montre un réel attachement aux valeurs et à l’engagement civique qui caractérisent ce milieu professionnel, beaucoup peuvent aussi y exprimer des doutes sur l’organisation du travail, l’instabilité des emplois, ou encore le niveau de rémunération par rapport au secteur privé classique (cf. https://www.say-yess.com/2016/12149/mal-payes-dans-less/).

          S’agissant de ce volet économique du projet, on peut, de façon non exhaustive, lister trois défis majeurs que Cohciopost doit affronter en tant qu’acteur de l’ESS :

  • Défi n° 1 – En se structurant autour du couplage « Association/Entreprise », le projet se doit de réussir l’articulation de ces deux statuts juridiques différents, ce qui doit se traduire par une coordination effective de leurs missions interdépendantes.
  • Défi n° 2 – Avec pour activité la recherche-action participative en science sociale, le projet devra convaincre de la pertinence de son insertion dans l’ESS alors que d’autres structures du secteur d’activité de la recherche scientifique hors Université optent plutôt pour des modes d’intervention plus classiques comme l’expertise ou le conseil auprès d’entreprises et/ou des pouvoirs publics.
  • Défi n° 3 – Il s’ensuit que, tandis que ces autres structures ont un modèle économique (en B2B) reposant sur les prestations payées par ces commanditaires d’études qu’elles ont pour clients, la viabilité économique du projet Cohciopost dépendra grandement de sa capacité à susciter l’adhésion du grand public auquel il s’adresse (avec un modèle économique en B2C). 

    2. « S/1 » comme… « Secteur d’activité priorisant l’utilité sociale »

            Ce qui fait de l’ESS un secteur économique si particulier renvoie à ses valeurs et principes de fonctionnement qui la différencient clairement du reste du secteur économique privé ordinaire et dont il va désormais être question. De telles valeurs ne sont pas, pour ainsi dire, tombées du ciel mais se sont tout simplement consolidées des siècles durant dans une histoire que relate brièvement, par exemple, Le Labo de l’ESS, think tank qui se consacre aux questions relatives à ce mouvement (http://www.lelabo-ess.org/+-ess-+.html).

            L’Economie Sociale et Solidaire, telle qu’elle se présente aujourd’hui, est au croisement de deux concepts, plutôt éloignés dans le temps, mais manifestement bien complémentaires. A l’origine, le concept d’Economie Sociale se rapporte au mouvement ouvrier qui se structure en réaction aux désordres sociaux engendrés par la révolution industrielle au XIXe siècle. Les ouvriers, inspirés par le socialisme de l’époque, mettent sur pied des organisations comme des coopératives de production ou des comptoirs alimentaires, toutes ces organisations reposant sur les principes communs de la gestion collective et de la primauté de l’humain sur le capital. Outre les coopératives, c’est à cette branche du mouvement que se rattachent également les mutuelles et les associations ou, plus généralement, toutes les organisations fondées sur le principe de l’autogestion.

            Quant à lui, plus récent, le concept d’Economie Solidaire est contemporain de ce que l’on a appelé, dans les années 1970-1980, la montée de l’exclusion sociale et qui s’est traduite par des phénomènes tels que le chômage structurel, la perte de confiance dans l’accomplissement social via le système éducatif, les problèmes d’intégration, ou encore la dépréciation du lien social. Pour prendre en charge ces nouveaux problèmes sociaux, on voit alors émerger, aux côtés de l’Etat et des associations, de nouvelles figures dont notamment celle des « entrepreneurs sociaux » qui proposent des solutions comme l’Insertion par l’Activité Economique (IAE), des organisations de défense et de revitalisation d’une agriculture paysanne face à l’agro-business, des structures de la finance solidaire, l’élaboration de modes de production et de consommation plus écologiques, etc. Le pendant international de ce mouvement se cristallise autour du développement des organisations humanitaires et du réseau économique bâti sur la base du concept de commerce équitable. L’unité de cette branche de l’ESS se fait sur la base de l’action solidaire avec et envers « les plus fragiles, les plus précaires » (sur les plans scolaire, professionnel, économique, culturel, sanitaire, environnemental….). 

            Malgré cette constitution en deux temps du mouvement, l’Economie Sociale et Solidaire n’a nullement fait l’objet d’un processus d’intégration artificiel tant les valeurs qui animent ses deux branches sont indubitablement communes :

  • L’utilité sociale demeure la raison d’être et l’horizon de tout projet associatif ou entrepreneurial ; il s’agit, dans tous les cas, d’apporter sa contribution à la prise en charge, voire à l’éradication, d’un problème, d’un risque, d’un dysfonctionnement, d’un manque, affectant ou pouvant affecter des pans entiers de la population et singulièrement ceux les moins socialement favorisés,
  • Une économie faisant de l’humain (et de son bien-être comme bénévole, professionnel, bénéficiaire de projet ou simple citoyen) la valeur cardinale en privilégiant, pour ce faire, le temps long à rebours d’une économie classique obnubilée par la maximisation du profit en un temps record pour le compte, la plupart du temps, des seuls investisseurs,
  • La prépondérance de l’intérêt général ou intérêt collectif sur les intérêts particuliers et individuels ; tous les acteurs du mouvement servent d’abord et avant tout des causes communes et, au final, le bien commun, même si certains, au-delà du strict bénévolat, peuvent aussi vivre de leur engagement comme professionnels ou comme entrepreneurs sociaux,
  • Dans tous les domaines d’activité où le mouvement est représenté, s’affiche l’ambition de mettre en œuvre et de perfectionner des processus de production écologiquement responsables de manière à éviter, autant que faire se peut, les surconsommations de ressources et les gaspillages qui en résultent. 

            Cette dimension axiologique du mouvement de l’ESS pousse Cohciopost à se confronter à des défis de conformité dans la mise en œuvre de son activité :

  • Défi n° 4 – Dans la pratique de la recherche-action participative, la valeur d’utilité sociale du projet est manifestée par l’ambition de se consacrer entièrement à la thématique de la cohésion sociale ; il s’agit d’accompagne des personnes de groupes et de milieux sociaux différents, notamment au niveau intergénérationnel, à œuvrer ensemble à l’amélioration des conditions et du cadre de vie.
  • Défi n° 5 – Dans cette perspective, l’attachement à la promotion du bien commun conduit le projet à retenir comme seuls sujets de recherche pertinents ceux qui s’énoncent et se construisent avec le souci de l’intérêt général ou collectif ; les sujets personnels, focalisés sur un petit groupe de personnes ou circonscrits à une organisation prise isolément, ne pourraient donc être retenus.
  • Défi n° 6 – La recherche en science sociale, qui ne débouche pas sur des réalisations matérielles immédiatement perceptibles, peut décourager un public qui s’attendrait à des retombées subites et spectaculaires, d’où le défi pour Cohciopost de faire prendre conscience de la constance de l’engagement qu’il faut pour parvenir à des résultats tangibles au bout d’un processus de recherche-action participative. 

    3. « S/2 » comme… « Source d’initiatives participatives pour l’innovation sociale territorialisée »    

           Après avoir présenté l’ESS comme secteur économique puis comme creuset axiologique, on se propose, pour finir, de l’envisager ici comme canevas méthodologique. Il existe en effet, en dépit de la diversité des domaines d’activité représentés dans l’Economie Sociale et Solidaire, un ensemble de principes relatifs à la gestion et à la conduite des différents types de projet qu’ont en partage les multiples acteurs du mouvement. Bien entendu, ces principes sont appliqués en tenant compte des particularités liées au domaine d’activité et de la nature même des projets portés par les intervenants, mais partout, l’objectif est bien de les refléter au mieux dans les initiatives qui se rattachent à l’ESS.

            Quatre grands principes directeurs du mode de travail au sein de l’ESS peuvent ainsi être soulignés pour leur caractère de généralité dans la mise en œuvre des projets :

  • Des projets participatifs ; dans l’ESS, on s’efforce effectivement de tourner le dos au « faire-pour » en privilégiant, au contraire, le « faire-avec » aboutissant au « faire-ensemble ». L’ESS encourage l’engagement civique, la participation citoyenne, ce qui conduit porteurs de projets, professionnels, bénévoles et bénéficiaires à s’impliquer activement dans la mise en œuvre des activités s’y rapportant. Cet aspect du mode de travail promu par le mouvement n’est pas sans lien avec ce que, en mauvais français, l’on nomme « empowerment » (ou encore « capacitation », « autonomisation »).
  • Une gouvernance démocratique ; car si l’on veut que toutes les parties prenantes s’impliquent réellement, il faut donc que tous les participants puissent bien connaître les projets et qu’ils soient en mesure de peser sur leur mise en œuvre comme sur leur devenir. Dans l’ESS, les contributeurs bénéficient du droit d’information sur les tenants et les aboutissants des projets et peuvent participer à la prise de décision concernant leurs orientations.
  • Des perspectives d’innovation sociale ; dans l’idéal, les projets d’utilité sociale portés au sein de l’ESS ont vocation à tester des solutions nouvelles, originales, sur les préoccupations pour lesquelles elles ont été imaginées. Créativité, ingéniosité et même audace sont encouragées par le mode de travail du mouvement dans l’optique de faire éclore des réponses qui, en conformité avec les valeurs susmentionnées, permettront de faire reculer et de résoudre les problèmes sociaux de notre temps. Cette invite n’est cependant pas une incitation à la déraison, puisque l’ESS préconise que les solutions avancées soient empiriquement éprouvées au moyen de différents protocoles permettant d’en évaluer sur le terrain l’ « impact social ».
  • Un fort ancrage territorial ; ces solutions doivent en outre contribuer au dynamisme des territoires dans lesquels elles s’implantent en y créant du lien social, de l’activité et des emplois non délocalisables. Elles doivent enfin pouvoir s’intégrer harmonieusement au tissu socioéconomique local déjà existant afin d’y nouer des relations de coopération et de complémentarité plutôt que des rapports concurrentiels.

            Pour matérialiser cet élan collectif et favoriser la circulation des informations utiles à la structuration et au développement du mouvement, l’ESS s’est dotée d’un portail auquel participants aux projets et grand public peuvent se référer (http://www.esspace.fr/index.html).

            La traduction de cette approche méthodologique chère à l’Economie Sociale et Solidaire peut globalement s’énoncer, dans le cadre du projet Cohciopost, sous la forme de ces trois importants défis :

  • Défi n° 7 – L’enjeu de la participation citoyenne et de l’expression effective de l’engagement civique a inspiré la conception d’une plateforme numérique de coordination du dispositif de recherche-action participative, rendant possible la contribution de tous les membres de la communauté à la bonne marche du projet. Au-delà, cette implication citoyenne peut se prolonger au cours des recherches sur le terrain, dans l’animation de la vie associative ou lors du choix des orientations stratégiques du projet.
  • Défi n° 8 – Cohciopost veut permettre l’expérimentation, appuyée sur le savoir et les outils de la science sociale, de solutions à des problèmes sociaux dans le cadre d’une démarche de médiation scientifique auprès du grand public. Pour ce faire, le projet se doit, sur le plan scientifique, d’être lui-même une source d’innovation méthodologique, conceptuelle et théorique
  • Défi n° 9 – En recueillant des propositions de solutions formulées par des citoyens à partir de leur propre expérience des phénomènes sociaux qui les préoccupent, Cohciopost adopte ainsi une démarche territorialisée en ce sens qu’elle s’inscrit dans le cadre de vie des participants au projet. Elle débouche, dans le domaine scientifique, sur la question de la généralisation des résultats là où celle des solutions fait écho, dans le langage de l’ESS, au problème du « changement d’échelle ».  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.