LETTRES MORTES

Le Destin a fait rouler son D

Sous lequel tout le vrai trouvait cache,

Pour ne l’avoir pas assez sondé,

Il me frappe en plein cœur ; Il le H.

Je me sens poignardé dans le dos

Mon esprit malmené siffle et R,

Lentement se tarit le point d’O

Où buvait mon espoir que j’enterre.

Le Destin s’est penché sur mon K

Et ma vie prend la voie parallèle

A cette autre qu’en moi convoqua

Ce Parfum qui s’est posé sur L.

Mais si loin était la vérité

Quand j’étais près des rêves que j’M,

Et ce n’est pas ma tasse de T

De penser qu’on a tous ce qu’on sème.

 

                                                                                                          (Joachimson)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.